Album // Les Bijoux

Les Bijoux
Description

Photo-reportage sur la relation entre aidant et aidé au sein de la maladie Alzheimer. Reportage photographique réalisé sur Lyon en France pendant 2 ans.

Consulter le reportage

Les Bijoux

Photo-reportage d'Antoine Merlet


Aimé et Huguette se sont rencontrés dans un bar en 1968. Depuis, cet amour est toujours bien présent et ils continuent à le cultiver et le renforcer à Lyon où ils habitent.

Huguette, qui a maintenant 79 ans, est atteinte de la maladie d'Alzheimer au stade 4 (il y en a 7 au total) et présente ce qu'on appelle, un déficit cognitif modéré. Aimé, âgé de 85 ans, a subi de nombreuses opérations au cours des quinze dernières années à la suite d'un cancer qui a nécessité plusieurs dizaines de séances de chimiothérapie.

Les Bijoux, comme les appellent familièrement leurs proches, cultivent très précieusement leur attachement mutuel. Cet amour indéfectible qu'ils se portent, discret pour qui les approche pour la première fois, s’est dévoilé progressivement à moi au fur et à mesure que je les ai côtoyé. Ensemble, les Bijoux sont forts, inatteignables, il m'a donc paru évident d'en faire le titre de ce reportage.

Pendant deux ans, j'ai régulièrement suivi Aimé et Huguette dans leur quotidien afin de les comprendre et pouvoir raconter au mieux cette relation « d'aidant à aidé ». Ces deux mots qui caractérisent cette relation complexe et totalement dévouée à l’autre, masquent souvent un quotidien empreint de grandes difficultés pour l'aidant.

Pour la réalisation de ce reportage, j'ai uniquement travaillé en lumière naturelle afin de ne pas déformer la réalité de leur quotidien. Au cours des moments passés à leurs côtés, j'ai essayé d'être le plus discret possible pour ne pas perturber ces moments intimes de la vie quotidienne. La sincérité de ma démarche m'a permis, au fil du temps, de gagner leur confiance.

Aimé est naturellement devenu l'aidant d'Huguette et l'assiste dans toutes les tâches du quotidien. Son rôle ne se limite pas à être présent lorsque Huguette a besoin d'aide, il est pratiquement devenu
le prolongement d’Huguette, son double par amour, ce que seul un aidant peut comprendre.


Dévouer sa vie à l'être aimé semble être le quotidien d'Aimé. Cette relation n'est cependant pas unilatérale, Huguette, malgré sa faiblesse, est là, avec son mari, semble le rassurer, l’aide et communique avec lui comme elle le peut. La confiance et la docilité avec laquelle elle s'en remet à Aimé apporte à leur relation un équilibre qui les aide à tenir le coup dans l'adversité.

Passer du temps avec eux c'est se rendre compte à la fois de l'importance, mais également de l'innocence de cette relation « aidant / aidé ». Chaque geste a été fait des centaines de fois. Toujours plus précis, plus adapté, celui-ci atteint avec justesse son objectif. Si Huguette a gardé une certaine autonomie, elle a néanmoins besoin d'une direction, d'un cadre rassurant et sécurisant qui va la guider et l'orienter vers le bon geste, la bonne décision.

« L'aidant » a la lourde tâche de réaliser les gestes mille fois effectués par l'autre, qui est incapable de les faire seul. C'est ce dévouement qui rend cette relation magnifique, mais également si compliquée et usante au fil des jours, des semaines, des mois et des années. Aimé, qui se sert de l’écrit, entre autre, comme exutoire, m’a fait lire une de ses innombrables lettres où il couche ses pensées : « Malgré le temps consacré à la personne malade, il faut impérativement penser à soi-même ». En effet, le risque, c'est de s'oublier, de ne plus penser qu'à l'autre, au détriment de son temps et de sa propre santé. Chaque jour Aimé doit être là pour réveiller Huguette, préparer les repas, la doucher, l'aider à se sécher, l'habiller, la coiffer, choisir un programme télévisé, … tant de taches où Huguette accepte d'être conseillée, guidée et assistée.

Lorsque Huguette parle, il lui arrive souvent au détour d’une conversation de perdre le fil du dialogue et de ne plus savoir où elle en est. Alors, d'un geste naturel, elle se tourne vers son Bijou, l'homme qui l'accompagne depuis tant années, et en qui elle a une totale confiance. D’un regard, Aimé la rassure, cela suffit pour qu’ils se comprennent, parler devient alors facultatif, presque inutile.

J'ai été profondément marqué par la tendresse rayonnante qui émane de leur relation malgré la maladie. La capturer le temps d'une photographie et la partager afin d'adoucir la vision que nous avons, de l’extérieur, de cette si particulière relation de l'aidant à l'aidé, est tout l'enjeu de ce reportage. J’ai également tenu à ce que ce soit les mots d’Aimé, puisés dans ses écrits, qui servent de légende à ces photographies.


« Bonne journée, j'espère...» Aimé.

la legende de mon image
« Je sers le café, tout est prêt. Crème, biscuit, jus d'orange avec goutte.... J'allais oublier le complément de son petit déjeuner. La banane. Important, sinon elle n’aura rien de substantiel dans l'estomac » Aimé.

la legende de mon image
« Le calme a l'air d'être un bon présage, tout comme le temps qui s'est amélioré cette nuit nous permettant de mieux dormir » Aimé.

la legende de mon image
« Le déjeuner est pris, on regarde côté salle de bain. La douche arrive » Aimé.

la legende de mon image
« Ne pas oublier que l'on est en face d'un mur, que la personne que l'on aide n'y est pour rien » Aimé.

la legende de mon image
« Abandonner intelligemment sa propre personnalité » Aimé.

la legende de mon image
«Être très vigilant quand à ses réactions. Ne pas contrarier. Se dire que rien ne peut y changer » Aimé.

la legende de mon image
« Il faut l'habiller (collant ou autre). Aide moi dit-elle » Aimé.

la legende de mon image
« Elle a repris l'envie de sortir, de se trouver mieux coiffée, soigner d'avantage sa tenue, enfin se sentir à nouveau femme «  Aimé.

la legende de mon image
« Malgré le temps consacré à la personne malade, il faut impérativement penser à soi-même »
Aimé.

la legende de mon image
« Télé. Ouvrir et choix de la chaine. Peut importe, plutôt divertissant » Aimé.

la legende de mon image
« La préparation de plats plus riches, mieux que la baguette de pain trop facile. Mon assistance est permanente » Aimé.

la legende de mon image
« Aucune place pour le matériel de cuisine n'a d'importance... Les fourchettes deviennent cuillères » Aimé.

la legende de mon image
« Une journée en binôme 24/ 24 » Aimé. 

la legende de mon image
« Il faut beaucoup de patience, ne pas dire, ça fait 10 fois, mais toujours rester positif, reprendre doucement. Peut être ne t'ai je pas dit, c'est moi qui ai oublié» Aimé.

la legende de mon image
« Il semblerait qu'il y ait une légère amélioration côté volonté d'être active et d'assurer elle-même les diverses taches ménagères » Aimé.

la legende de mon image
« Absence totale d’initiative » Aimé.

la legende de mon image
« Nos constats personnels relatif à l'évolution de la maladie sont très importants » Aimé.

la legende de mon image
« Le soir, donner affaire de nuit » Aimé.

la legende de mon image
« Est-ce que je suis allé faire pipi (10 fois) ? Ou on va ? Quel jour ? Quelle heure ? 4 fois quel jour ? 4 à 5 fois ! » Aimé.

la legende de mon image
« On en reviens toujours à cette réponse. J'ai pas dit ça, jamais. Il faut se dire qu'après tout, cette malade n'y est pour rien » Aimé

la legende de mon image
« S'habiller deviendra corvée » Aimé.

la legende de mon image
« Ne jamais insister, sans faiblir, il faut imposer avec douceur. Le besoin d'être aimé est total » Aimé.

la legende de mon image
« Elle sent d'instinct si je suis fatigué, elle reconnaît qu'elle me fait mal après coup. Pas de méchanceté » Aimé.

la legende de mon image
« Au fil de nos rencontres ou invitations, elle était toujours très belle, coquette sans trop d'artifice. Le sens exacte de la tenue » Aimé

la legende de mon image
« Dans un bar, je tombe sur une cliente qui trinquait le champagne. Elle était pourtant de dos, mais aussitôt je me suis dit que c'était elle que je voulais » Aimé.

la legende de mon image
« Nous devions nous rencontrer, c'était écrit quelque part » Aimé.